Eglise du Mont-Falise

La chapelle est située rue Bois Marie, 39

La colline "Mont Falise", sur les hauteurs de la rive gauche de la Meuse, est plus connue par sa clinique, son MRS, son grand feu que par sa chapelle. Pourtant, il y a 50 ans débutait la construction de la première maison du lotissement du Bois Marie, celle du Seigneur.

La visite de ND de la Sarte en septembre 1954 et on accueil dans un garage abondamment fleuri e la rue du Mont Falise, déclencha une telle affluence que l’abbé T. Jodogne, curé de la paroisse (1942-1970), en fut profondément ému. Cet évènement fit germer dans son esprit bâtisseur le projet d’un nouveau lieu de culte dans ce quartier des "Thiers", distant de plus de 2 km de l’église paroissiale.

A cette époque, l’urbanisation du quartier était en plein essor, les terrains se couvraient de constructions neuves, des jeunes parents s’installaient avec de nombreux enfants.

C’est en 1958 qu’une poignée de bénévoles se lancent dans l’aventure qui durera 20 mois, ils ne ménageront ni leurs efforts, ni leurs WE, ni leurs congés. En avril 1960, la chapelle est terminée et payée sans le moindre emprunt, grâce aux généreux donateurs, souscriptions et collectes dans les
différentes églises.

Elle est dédiée à Sainte Ivette qui naquit à Huy en 1158 et consacra sa vie à soigner les lépreux. L’architecte C. Legot avait conçu un projet économique et rationnel de manière à en permettre l’auto-construction. La simplicité de son concept permit d’ailleurs d’en aménager l’espace liturgique selon la réforme liturgique promulguée par le concile Vatican II. Celui-ci allait profondément modifier le visage de l’Eglise, en rappelant la primauté du peuple de Dieu.

En 1974, un jeune prêtre G. Ringlet, vicaire à saint Etienne, reçut mission de Mgr. van Zuylen, de mettre en chantier une communauté expérimentale basée sur une coresponsabilité des laïcs. Durant une décennie (1974-1984), les baptisés du Mont Falise ont progressivement pris conscience de leurs responsabilités, ils ont appris à cultiver le jardin de l’Evangile, visitant les malades, accompagnant les familles en deuil. Ils se sont impliqués dans les préparations liturgiques dominicales, les initiations au baptême, communion, profession de foi et confirmation.

Ainsi, du rassemblement dominical autour du prêtre, naquit une véritable communauté se prenant entièrement en charge et décidant de manière collégiale des orientations à prendre. Faut-il rappeler que, totalement indépendante de la fabrique d’église, la chapelle et les locaux annexes (construits en 1966, école maternelle à l’origine pour une trentaine d’enfants), sont incorporés dans une ASBL "Oeuvres catholiques de Statte et Wanze". Dans les locaux "La Croisée", se sont développés diverses activités: mouvements de jeunesse (Unité St.Quirin, louveteaux), Vie féminine (bourses de jouets et vêtements), clubs de pensionnés, conférence de St. Vincent de Paul (brocante), réunions de communauté, de quartier etc…