Église de Tihange 

L'église est située rue du Centre, 26

Un peu d'histoire…

Le village de Tihange a le privilège d’avoir pu conserver une église et ses annexes pleines de charmes et dont l’architecture, les styles et les nombreux souvenirs historiques contribuent à rappeler la tradition deux fois millénaire de ce site désormais classé.

Il faut faire quelques spéculations quant à l’origine de la dédicace de cette église. Sainte Marguerite serait, à l’origine, "Marinès Megalomarturos" sainte d’Antioche de Pisidie transformée par les Latins en Marguerite et dont le culte se développa essentiellement au Moyenâge. Plusieurs églises lui furent dédiées à Rome. Une autre piste serait celle d’une Sainte Maminne, mérovingienne ou celle d'une confusion entre Sainte Maminne et Sainte Marine devenue Marguerite dans le calendrier romain. Sainte Maminne est plus ou moins contemporaine de Jean l’Agneau, à qui l’on avait dédié une chapelle hors des murs de Huy et qui fut détruite, semble-t-il, vers le Xlè siècle.

La dévotion à Jean l’Agneau, patron du village et 25e évêque de Tongres-Maastricht, était encore très vive et un rapprochement peut avoir été fait au coeur du village dans le lieu de culte. A l’origine il semblerait que l’église paroissiale ait été la chapelle du château détruite par un incendie au XIXe siècle.

Les premières traces de l’église actuelle sont les moellons de grès du choeur qui proviennent d’une construction romane ; ce choeur du XIIIe siècle est la partie la plus ancienne de l’église actuelle.

Viennent ensuite, la tour et le transept qui appartiennent encore au style gothique, mais de la dernière période. Enfin, le reste de la construction, c’est-à-dire les trois nefs bâties en moellons de grès, ne remontent pas plus haut que le commencement du XVIIIe siècle.

L’intérieur est décoré dans le style Louis XVI et la pièce la plus remarquable en est, sans conteste, l’orgue réalisé par le facteur d’orgues liégeois Henri Mueseler en 1774-1775. Tous les éléments originaux en ont été conservés y compris, chose rare, les volets. L’autel majeur a, lui, été réalisé par le sculpteur namurois, Denis-Georges Bayard en 1737.

Enfin, le site même doit son charme à l’ensemble constitué par l’église, son vieux cimetière, son presbytère, la maison des marguilliers et celle du sacristain, le tout formant un espace de vie paroissiale intime et harmonieux.

Aujourd'hui…

Outre son Conseil de fabrique et sa récente "Equipe relais", les tihangeois ont fondé en 1973 une asbl "oeuvres paroissiales" qui gère les autres activités telles que la salle paroissiale St. Jean l’Agneau, la Petite Ecole de Tihange, la conférence de St. Vincent de Paul, etc.

Tous les premiers dimanches de Juillet, c’est la fête de St. Jean l’Agneau, appelée aujourd’hui "Fête de la Cerise" avec bal, brocante et grand repas paroissial après la messe dominicale.